Renforcement des capacités contre les ulcères tropicaux

Renforcement des capacités contre les ulcères tropicaux

  • En cours
  • APROSCO
  • Guinée
  • 40.000 €

L’ulcère de Buruli (UB) est une maladie infectieuse, transmise par l’environnement, qui affecte la peau et le système nerveux, et qui peut aboutir à de vastes ulcérations. Les séquelles physiques handicapantes sont plus ou moins graves, selon le moment où la maladie se déclare et le moment du début du traitement.

La lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN) est un combat de longue date pour la fondation. Initialement centrée sur l’éradication de la lèpre, la fondation a choisir depuis plusieurs années d’étendre son action à l’ulcère de Buruli (UB), au pian et aux autres maladies tropicales en relation avec l’eau de manière générale.

Ces pathologies touchent des populations démunies, souvent isolées, qui n’ont pas accès aux soins de santé de base et qui ignorent leur condition trop longtemps, faute de dépistage. En conséquence de quoi, ces affections sont prises en charge trop tard et entraînent de lourds handicaps souvent irréversibles.

Or, 80% des personnes dépistées à un stade précoce peuvent guérir sans séquelle, avec un simple traitement antibiotique. Les campagnes d’informations et de sensibilisation sont donc indispensables à la réduction d’apparition de nouveaux cas.

En Guinée Forestière, les incapacités dues à la maladie sont fréquentes et graves. Depuis 2007, la fondation s’engage au travers du Centre de dépistage et de traitement de l’UB (CDTUB) de N’Zérékoré.

Le programme a notamment financé la construction du centre, mais aussi son équipement et son bon fonctionnement afin d’assurer l’accès aux soins aux plus démunis. Ce projet met l’accent sur la sensibilisation, les soins et la formation des agents de santé des centres périphériques et des relais communautaires, toujours dans l’optique de réduire les cas de cette maladie, et soigner les personnes souffrantes.

L’année 2019 aura permis de former 80 agents de santé communautaires et de prendre en charge 168 malades au CDTUB. Les activités de sensibilisation de masse ont, quant à elles, permis d’atteindre 6.000 personnes, parmi lesquelles 177 cas ont été suspectés, dépistés et pris en charge.