Promotion de la santé féminine, maternelle et infantile

Promotion de la santé féminine, maternelle et infantile

  • En cours
  • COFESFA
  • Mali
  • 236.494 €

La situation sanitaire au Mali est généralement préoccupante et les indicateurs de santé maternelle et néonatale sont parmi les plus bas au monde. La couverture en infrastructures sanitaires est particulièrement faible dans le pays et là où elles existent, leurs capacités (matériel, personnel...) sont largement limitées.

En raison notamment de l’éloignement des centres de santé, de nombreuses femmes ne peuvent pas s’y rendre pour leurs soins prénataux et leurs accouchements.

En effet, les femmes sont les plus touchées par la crise au Mali, elles représentent 52% des personnes dans le besoin. Avec une moyenne de 5,9 enfants par femme, la promotion de la santé maternelle et infantile est indispensable dans un tel contexte. Depuis 2011, la Fondation Follereau Luxembourg s’engage aux côtés de l’ONG malienne COFESFA pour la promotion de la santé communautaire et l’amélioration de la santé maternelle et infantile dans le cercle de Kati. Le programme est mis en œuvre dans cinq communes de la région de Koulikoro et de la commune VI du district de Bamako, où les services sanitaires et sociaux sont quasi inexistants. Le programme vise à améliorer la santé publique, en particulier celle des femmes et des enfants, et comprend plusieurs activités :

La sensibilisation de la population à la fréquentation des centres de santé, aux bonnes pratiques d’hygiène et au planning familial. Les centres d’accueil ont également été équipés de moyens de contraception, d’équipements et de kits de dépistage du VIH/sida et du cancer du col de l’utérus.

Le renforcement de l’appui au développement d’activités génératrices de revenus (AGR) pour les associations de femmes rurales (104 en 2020) grâce à la mise à disposition de fonds de roulement.

Mise en place d’infrastructures de santé et fourniture de points d’eau, de médicaments et d’équipements médicaux : c’est ainsi qu’est née en juin 2020 la maternité de Sanamba, équipée et approvisionnée en médicaments, qui bénéficie d’une pompe à eau à commande manuelle.

Dans la commune de Diouman, où une maternité a été construite en 2019, seuls 40% des besoins en eau potable étaient couverts jusqu’à présent, ce qui a favorisé l’apparition de nombreuses maladies transmises par l’eau. C’est pourquoi un système d’eau a été mis en place pour la maternité ainsi que dans deux autres villages de la région, permettant ainsi à près de 7.000 Maliens d’avoir accès à l’eau potable.

En 2022, la construction d’un forage est prévue dans la commune de Diouman, dans le village de Farako. Deux des maternités seront également équipées de tricycles ambulances.

835 séances de sensibilisation sur la santé et la reproduction seront organisées (causeries éducatives, projections vidéo et démonstrations de nutrition). Le centre de consultation sera également équipé de moyens de contraception.

Il est prévu de réaliser 290 visites à domicile et séances de conseil, 55 services de planification familiale, 33 tests VIH, 55 dépistages du cancer du col de l’utérus et 190 dépistages pour les femmes allaitantes et les enfants malnutris.

Les activités de sensibilisation comprennent également la diffusion de 27 émissions de radio sur des thèmes tels que la santé reproductive.

Il est prévu d’aider 30 groupes de femmes à créer des AGR en leur fournissant un fonds de roulement.