Promotion de la santé de la population de la Lobaye

Promotion de la santé de la population de la Lobaye

  • En cours
  • FAIRMED
  • République Centrafricaine
  • 150.000 €

Les crises récurrentes, dont la RCA est victime depuis des décennies, ont affecté tous les piliers du système de santé, entraînant ainsi son effondrement. Le taux de mortalité maternelle reste l’un des plus élevés au monde. Seuls 40% des naissances y sont assistées par du personnel de santé qualifié.

La situation de la population semi-nomade « Aka » est particulièrement difficile. Ce peuple autochtone peine à avoir accès aux services de santé, à cause des conflits qui secouent le pays, mais surtout en raison de leur statut socio-économique. Leur situation demeure précaire, en particulier sur le plan sanitaire.

Les besoins dans cette zone restent criants. La Fondation Follereau Luxembourg soutient le projet de santé primaire de l’ONG FAIRMED. Ce projet vise à fournir un accès à des services médicaux de qualité aux Aka, aux bantous précarisés et aux personnes en situation de handicap recensés dans le district sanitaire de M’baïki, dans la préfecture de la Lobaye. Le reste de la population de la zone bénéficie également du projet et profite ainsi d’un système de santé renforcé. L’objectif de ce projet se traduit par le renforcement des capacités des communautés et l’accès aux soins de santé facilité. Un volet est également consacré à la vaccination systématique des populations démunies de la région (lors des consultations, mais aussi grâce à des stratégies avancées). Enfin, il prend en charge le dépistage de maladies tropicales négligées telles que la lèpre, l’ulcère de Buruli et le pian.

Une attention particulière est également portée aux femmes enceintes, via un système de tickets de santé, qui leur permet d’être suivies tout au long de leur grossesse, et d’accoucher dans un centre de santé, entourées de personnel qualifié.

Des kits sont également distribués aux femmes Aka qui viennent d’accoucher : kit du nouveau-né, kit pour la maman, kit de cuisine. Cette année, 250 kits ont été distribués, soit moins qu’initialement prévu, en raison de l’augmentation du prix des kits et des difficultés logistiques, ces deux éléments étant dus au contexte sécuritaire.